skip to Main Content

Karabane, l’ile où le temps s’est arrêté

Située dans l’embouchure du fleuve Casamance, Karabane pourrait figurer au palmares des plus belles iles du sud. Recouverte d’un végétation abondante (palmiers, fromagers flamboyants,) bordée de plages et de mangroves, cette petite ile est un lieu particulier, où règne calme et sérénité.

Une ile quelque peu isolée mais chargée d’histoire: les français s’y installèrent en 1836 et y fondèrent un comptoir commercial. Karabane fut même la capitale de la Casamance jusqu’en 1904 avant d’être remplacée par Ziguinchor.
Le Joola, avant son naufrage en 2002, y faisait escale, débarquant passagers et marchandises à bord de pirogues qui effectuaient la navette entre l’ile et le bateau.
En marge de cette tragédie, c’est tout un pan de l’économie locale qui s’est effondré: Karabane, qui avait été au centre des échanges commerciaux pendant des décennies, voit désormais les bateaux passer au loin, et les habitants tentent de faire revivre leur ile en se recentrant sur l’agriculture et le tourisme

maison-esclaves.jpg

La partie sud de l’ile est inhabitée et constituée de bolongs, ces petits bras de mer propices à la pèche et aux balades en pirogue.  Le village et les campements occupent le nord, installés le long du littoral. Les quelques 300 habitants, diolas ou mandingues, sont pour la plupart des natifs de l’ile.
On dit souvent qu’à Karabane, le temps semble s’être arrété et que par un mystérieux sort, même les habitants ne semblent pas vieillir. Vous n’y trouverez ni voiture, ni routes ni electricité, ce qui en fait un lieu préservé et sauvage. Les campements et l’hotel sont équipés en puits et groupes électrogènes, assurant ainsi un minimum de confort aux visiteurs.
karabane-cimetiere.JPG
Quelques lieus à voir:
l’église bretonne, malheureusement en état de délabrement, le cimetière avec la tombe du capitaine Protet (fondateur de Dakar, et enterré selon ses souhaits debout face à la mer pour guetter l’ennemi), la case à impluvium, les rizières.

plage-campements.jpg

Vous pouvez aussi longer la plage et les campements, vous arrêter au passage pour boire un jus ou visiter les ateliers des quelques sculpteurs et tailleurs qui vous accueilleront avec la simplicité et la chaleur propre aux habitants de Karabane. Puis, marcher jusqu’à la pointe de Tcholett… Là, les habitations se font plus rares, la mangrove plus présente. Vous pourrez observer de nombreuses espèces d’oiseaux et peut être aurez vous la chance de voir des dauphins, parfois assez proches du rivage.

karabane-plage.jpg
Infos pratique pour aller à Karabane:
De Ziguinchor, prendre un taxi 7 places qui fait le trajet direct pour Elinkine, en passant par Oussouye. A Elinkine, vous trouverez des  pirogues « courriers » qui effectuent le trajet plusieurs fois par jour.
Durée : environ 15 minutes. Prix approximatif: 1000 à 1500 cfa.
De Cap skirring: pas de passage régulier mais il est possible de louer une pirogue. Le prix dépendra alors du nombre de passagers. Autre itinéraire:  continuer la piste jusqu’à Kachouane et prendre une piroque pour Karabane.
Lîle de Karabane vue par Dially.

Pour discuter sur cet article ou laisser un commentaire, n’hesitez pas à nous rejoindre sur le FORUM

Back To Top